Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 01:35





Il   existe un temps où le coeur lâche
Un temps où tout s'en va à  la débâcle
Ce temps n'est  pas heureux   ni béni
Le glas sonne et  l'on va   vers l'infini

Les années   ont fui dans le  courant  de la vie
Sans savoir qu'elles ne   reviendraient   jamais
Et      quand  l'heure   du   départ s'évanouit
Les  bras   pendant on meurt tous insatisfaits

Comme     l'oiseau ,   sur   l'arbre haut perché
 Par  son   chant    unique    charme  l'humanité
La    vie  par    ses attraits   omnubile l'homme
Ce pauvre   pantin  aux désirs qui  le corrompent

Il existe un temps où la vie  s'éteint
Un temps où  le bonheur   n'est plus
Ce mortel  temps  tous  nous atteint
Dans le   moment  le   plus inattendu
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 01:51



Elle  est   là ,  toute menue,   se  décoiffant   dans    la bise
Se berçant  mollement sur les chaudes vagues   du désir,
Respirant avec force l'odeur musquée du brumeux étang.
À  peine  née,  elle se  meurt  lamentablement  et   soupire
Rêvant    au   beau       prince        charmant      déjà   envolé
Vers   d'autres  cieux,  d'autres jeux,  d'autres  échappées
Qui  lui  procureront   cet  élexir    de jeunesse,   envoûtant
Comme     le nuage se  noyant dans les eaux qui l'aspirent.


Elle  est  là  se croyant  le  chevalier    conquérant   et    fier
Subjugant la plus oisive des dames   de   ce   clos   univers
Embrassant               dans      sa          folle           chevauchée
L'épopée               surhumaine,              sans      aucune épée
D'un    monde                 exquis,  à           ses         dimensions


                                        L'enfance

                     Semblable    à      cette    femme     joyau,
                     Conquiert  la  vie, le  souffle, le flambeau
                     Du plus  grand  des  vaillants    bataillons.
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 00:56


Elle est  là câline, si fine, si belle dans sa soyeuse robe grise.
Elle me  donne de la  tendresse  à chaque jour, sans traîtrise.
Pour elle, les grands mots, les phrases n'ont pas d'importance
Car elle aime la tranquillité, la paix, l 'harmonie et le  silence. 
Son monde, elle l'habite en  reine  absolue  sur son trône d'or
Qu'elle a  élevé  afin de rendre ses sujets fiers comme condor


Elle est belle. Sa taille sculpturale fait l'envie de ses voisines.
Pourtant elle dévore tout  avec  appétit  cette chère coquine.
Si son  coeur elle me  donne simplement ,  sans artifice aucun
C'est  qu'elle  est  nantie  d'une  générosité hors du commun.


Des défauts , elle en a   mais je  lui  pardonne  presque tout
Car  ses  yeux  émeraude  et chagrinés parfois, sont si doux
Que la réprimande se fait  cajoleuse et  quasi complimenteuse
Flattant la  contrite de faux attributs et qualités menteuses.


Oh, comme elle est belle la vie, celle qui joliment nous permet
Dans son  bel éventail  de libéralités et  de dons fantastiques
De jouir  aisément  et  joyeusement  des  êtres  qui à jamais,
Dans nos mémoires remplies,sèment  sans  devenir  apologique,
Des  moments    de  chaleureuse  complicité,  de simple amour
Avec  de  petits  animaux  félins  au coeur, pattes de velours
!
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 02:09

Le chat noir sourit, la femme malade miaule el l'homme aboie
Le   petit   enfant  joue à   jeter  ses   larmes  aux  abois
Le  nuage  rose  lance  de   la  pluie,  crachin  laissant  coi
Le bleu ciel qui s'était paré  pour le  mariage du célèbre roi.

            De quel roi parlons-nous? Allez!
               Faites un effort, voyons!
            Il croyait de son chef allumer
               Un peuple sans renom.


Eh  oui,  mes  amis,  si nous  nous sommes si souvent  séduits
Par  nos   rêves,  espoirs,   désirs   dérisoires,   démesurés
Et  incongrus,   c'est  que   nos   âmes   aspirant  à  l'infini
Ont  cette   fragilité   du  bel  agneau  à  l 'abattoir  mené.

Le   chien  en  chair à   canons   se    déguise     pour plaire
À     son    maître,   souvent    non   maître  des  situations
Dans    lesquelles    il  se  croit,   cher     mortel,  salutaire
Mais    surprise!      La  grande       fresque  du  visionnaire
S'élève ,    s'envole     dans le  vent   fou, en  pure  illusion
Pour     ne    laisser  au  coeur  des  ébréchés    que  dépit,
Colère,   amertume,   irritation,    aigreur    et      jalousie.
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 01:56


Cueillir   sur  coquillage  sur ton coeur
Cette   fleur  de gui au parfum exquis
Croire à contre-courant, à toute heure
Ce que tendrement tu me dis et m'écris.


Candidement, tel cet enfant de lumière
Au paradis  après des  siècles  d'enfer
Est  purifié  des  scories de l'humanité
Moi aussi, je m'élève  en  toute pureté



Près  de   toi, mon  ami, mon  Seigneur,
Je  te  rends  l'ultime  et  fier honneur
Qui   procurera  à  mon  âme  assoiffée
L'élexir    de  beauté  et  de  chasteté.


Fleurs  de  Noël,  cristaux   des hommes
Illuminez    leur    plus   intime  noirceur
Réchauffez   leurs    pétales   d'automne
En caressant   leur  corolle  de  blancheur.
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 03:58

L'indifférence   est  une  âme meurtrière
D'un regard,  elle vous poignarde entière.
D'un simple   geste,  vous  tue lentement
Et en finesse vous  désagrège assurément.


L'indifférence prend la parole  pour jeter
Au visage des hommes un  venin  corrompu
Le mal  qu'elle  engendre,  triste  réalité
N'apporte que chagrin et disputes absolus.


Elle crie  victoire  quand la  victime,aimée
Demande pardon à son   pauvre  bourreau
Qui jouit de ne jamais, à la  tâche, céder
Comme ce général agissant  en  tyranneau
Devant ses troupes dont l'issue est fatale
Mais tenant vainement à vaincre  son rival.
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 05:18




Il fait  noir et dans  mon   âme le   ciel s'illumine
Dans ma vie, les   étoiles  de  plus  en plus filent
Au firmament des jours, aux  heures trop brèves.
Quand  sonne  minuit,  mon coeur attendri s'élève.


Il fait noir et dans ma tête les corbeaux dorment.
Tapis, silencieux, dans ma  pensée,  lis se   lovent
Un petit    instant    pour    me    faire   oublier
Le lourd chagrin,  misère lancinante de mon  passé.


Je suis  seule,  insouciante  dans  ce  noir  silence
Je rêve aux anges bleus  de mon  cahier  d'écolier
Et je souris, me laissant emporter  par l'indolence
De cette nuit fastueuse  et éclatante  de  beauté.


Oh, comme j'aime la nuit noire, la noble nuit nue !
Et quand son antre me sert  de nid,  je  la baise
Si délicatement que des larmes de douce quiétude
Coulent sur son coeur de feu, son âme  de braise. 
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 19:08










Mon coeur  t'appartient.
Ma vie , entre tes mains
Me  sourit  constamment.
Je t'aime comme le vent
Qui souffle sur  mes ans
Na  laissant    au temps
Que souvenirs charmants.
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 23:35


Félin  au    grand    corps   glabre,   dénudé
Tu sembles des  vieilles gens  guère apprécié
Souvent  ta  douce  peau   adulte  se distend
Et   ton    chaste    poil      n'est  apparent
Qu'au   visage,   au nez   et   aux   oreilles.
Et  pourtant  moi   pauvre,   vieille   et laide
Je   t'aime   et   ta    beauté   m'émerveille
Comme    la    plus   brillante    des    perles.
Ton   charme    et   ta beauté    sans pareils
Émeuvent    mon    âme    de    mille   soleils.
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 17:20

Je me souviens de  ce  jardin  où   mille    fleurs
De leur  arôme  nourrissait  mes  rêves   secrets
Et    grisée    par   cette    infinie      langueur
Du     temps   de     mon  enfance    batifoleuse
Dans   les  airs ,      doucement,   je  m'envolais.

Portée  par  les effluves  subtiles,    dévoreuses
De  lilas,  de  jacinthes, de roses  et  de muguet
Heureuse,  dans   la   brise,   je   me    berçais.

Je  me  souviens   de  ce   jardin aux  mille fleurs
Ensemencées, bénies  par  ma  mère dont  l'amour
Incommensurable pansait mes peines et mes pleurs.

Je  me   souviens   avec  tristesse  de  cet  éden,
Bonheur   d'été,   bonheur   éphémère  d'un  jour
Où,  seule,  je   vivais   en     pure     magicienne
Dans ce   beau    jardin,    dans     l'arrière-cour
De   mes     rêves,   mille   rêves   trop   courts!
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Nicole Savard
  • Le blog de Nicole Savard
  • : Mon blogue renferme mes poèmes et mes oeuvres en peinture.Il ya aussi des critiques de livres et mes recettes préférées.
  • Contact

nicsav

Recherche

Liens