Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 05:17


Je  les    regarde    et  doucement  les   admire
Dans  leurs yeux si tristes   les   ans    défilent.
Mon âme  emportée par  la  rêverie   s'attendrit
Quand de  leur bouche amincie, elles  me sourient.

La pureté  de  leur   coeur  embellit   mes idéaux,
 Pour des heures, le  chagrin, hideux masque  gris,
Me quitte pour me donner   sans    honneurs  faux
 Le plaisir singulier de voir  s'envoler   mes  ennuis

Leurs voix ont le timbre voilé  de ma   chère  mère
De celle qui hélas m'a  quittée il   y  a   longtemps
Et  dont  le souvenir  flotte , éthéré dans  les airs
Me rappelant sans   cesse  la bonté d'une   maman.

Si leur  dos un peu arqué marque un âge    avancé
Ces  vieilles dames dont le cadran a   déjà   sonné
Marchent, petits pas élégants ,dans l'antichambre
De la mort et  moi, comme elles,  j'exhale l'ambre
.

                                                                                          Nicole Savard
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 03:18


Comme il est doux  d'aider!
Comme il es doux  d'aimer!
Aider    sans        exiger,
Aimer    sans     demander.


Consoler   et    embrasser
Réchauffer et     secourir
Le coeur  sur     la   main
Et la main  sur    le coeur.


Comme il est doux    d'aider!
Comme il est beau de nourrir
le corps    de    son   voisin
Et l'âme de   son   prochain!
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 04:28

Souvenirs,  amers    souvenirs      soucis
Mémoire ,   t riste    mémoire    d'ennui
Chacun    porte    lourdement  en     soi
Une croix de bois ou  de fer,  je   crois.

Enfance trop hélas ,  souvent    meurtrie
Pauvreté,   sombre     indigence    inouïe
Chacun , chacun nourrit  sa terne  terre
Terre   de   Caïn, grave terre   à  taire.
  
Pleurs  moroses    de  chagrin    retrouvé
Au     mélancolique   jardin    du    passé
Chacun,  chacun  gémit  au  fil   des  ans
Buvant  sa    stérile   sève   indéfiniment

Je ne   sais   si   cette douloureuse    vie
Se  gorgera enfin  de   doux     printemps
Car  les  durs  amers  souvenirs      soucis
S'impreignent  en    nous       désolamment
.
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 01:11



La terre se recouvre d'un duvet sans pareil
Le ciel porte un habit céruléen  aujourd'hui
Demain,    de  gris   perle,  il   se  vêtira.

La montagne   revêt  sa  tunique cramoisie
Sa saison finie, de  jais ,  elle s'habillera.

La rivière , de glace  se  dénude  au  soleil
Pour  se  parer  de  sa cristalline chemise.

La terre se recouvre d'un duvet sans pareil
Quand  l'heure  de  glace  lui  fait la  bise.

Et moi, et moi, que  de  visages j'emprunte
Quand  de  nuit,  seule,  il  faut   survivre.

Des masques de fer  aux  masques de cire
Pour      renaître   de      cette     jungle
   
               Qu'est  la vie,
                  Ma pauvre vie!
                                                      Nicole Savard
                                
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 00:52

Elle a mal à son    enfance  quand  elle  se  voit  si  frêle, si confiante
Dans sa robe et  son voile  de  tulle  blanc de   première  communiante
Croyant  aux  images,  sage,  elle s'imaginait de transformer  en ange
Pur,   embrassant   celui  qu'elle   considérait en rêve  comme étrange.

Elle a mal à son  enfance  quand,   menue, elle se revoit,  dans   ce  lit
Dans   ce   lit   de   fer noir  déposé   dans  un coin   de  la  chambre
De  ses parents ,voulant à tout prix s'endormir  pour oublier ces bruits,
Qu'elle  croyait  être  de  longs  gémissements   d'infinie    souffrance.

Elle a  mal à  son  enfance  quand  au  sortir  de l 'école  elle   rentrait
A la maison pour voir,  inquiète,  dans  les  yeux  de  sa    chère  mère
Toute la détresse,    lourde détresse,  lugubre  et  lancinante    misère
Qu'elle portait dignement au coeur de  chacune de  ses  si  vives  plaies.

Elle a mal à  son enfance quand  elle   pense au  silence   de   la  parole
A l'absence  d'expression  de sentiments,  limitant  tout  vrai   symbole
De vie,  de vraie  vie à  mourir  dans  l'oeuf même  de  ses  rêves  nés
Malgré l'aridité du    pauvre   milieu,  immense  désert  nommé  stérilité.
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 23:59

La vie se déroule comme un film, parfois  sans fin.
Elle dévore   les heures,  impudique  dès l'aurore.
Jusqu'à la  nuit tombée, elle  se  moque  de  nous
Humains aux vertes espérances.

               Et      pourtant,    j'aime  la  vie
               Je vis pour elle, je meurs pour elle.

La  vie   est   un   navire  rapide:  vrai  brigantin
Recélant       amours,      beautés,        trésors.
Dans        sa course ,      oublie      ses   bijoux
Dont     le     destin       est          impénitence.

La vie se déroule comme un film, parfois sans fin.
Elle dévore   les heures, Impudique   dès  l'aurore.
Jusqu'à la nuit tombée,   elle se  moque  de  nous
Humains, aux vertes espérances.

            Et     pourtant,      j'aime la   vie
           Je vis pour elle,  je meurs pour elle.

La vie n'est pas un long fleuve qui coule en vain
Sachons, amis,  que  jamais     elle ne s'endort
Sans    qu'elle    n'ait      englouti    ses filous
Hommes,    ouverts à    sa  cadence.


               Et    pourtant,       j'aime  la vie
               Je vis pour elle, je meurs pour elle.

                         Nicole Savard
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 02:23





Les   mains    qui   caressent  le  temps
Entre deux rires,  entre   deux     rives
Sont       des   souffles   se     perdant
Dans l'espace.

Aucune   empreinte    dans    le     vent
Ne laissent  car  elles     sont       ivres
De   la    folle    vitesse    du      temps
Qui passe.

 Seules  les  mains  de    ces      enfants
 Ont  sur   la    vie    cette       emprise
 Car   elles   créent   à   tout     moment
 L'extase.

                                                                 Nicole Savard
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 01:24




Nos amis sont le merveilleux miroir de nos rêves  les  plus  secrets.
Dans  leurs  prunelles  se reflètent   nos désirs les  plus  profonds.


Nos amis intimes, si chéris, sont  le coeur même de  nos réflexions.
Et        si   parfois    s'y    glisse   désespérément   un   regret
Sur      nos    vies   ,   dans          le     temps ,     suspendues



Ce n'est que l'instant d'une bévue
Dans   l'imperfection     d'humains
Aux     projets    sans   lendemain

                        Nicole Savard
                           

Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 02:58


Son coeur  est      avide   de       beauté
Mais     s i    fatigué   de           lutter 
Le   beau,  le laid   collent  à     sa  peau
Créant   pureté,  parfois    mortes   eaux.

Elle  rêve de     pays  où   fleurent    bon
Le   lilas ,  la rose      et     le     jasmin
Elle    cherche   l'Eldorado,     incarnation
D'un   monde où   règnent    les  séraphins.

Dans les     sentiers de  son  enfance  ailée
Même    si   elle    a      souvent     pleuré
Dans      la vitre     des    saisons   d'hier
Elle veut revoir      les   anciennes  lumières.

Lumières       des       souvenirs      chéris
Des     portraits    un         peu     jaunis
Dans  lesquels    le  temps      s'est    figé,
Vaste  miroir    de     ses     jeunes années.

Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 03:10









Je me souviens de cette   vieille   demeure
Où sont enfouies mes joies et  mes  peines
Souvent  en   rêve,    surgit  par  bonheur
Un   moment    de   mon   e nfance chérie.
Parfois     hélas,    en   monstres  définis
Des chagrins   renaissent   d es    cendres
D'un passé que je croyais à jamais   éteint.


Et quand  à  mon  réveil,   en   mon    sein
Tressaille        ma         chère   jeunesse
Je    pense     toujours    à   cette maison,
Cette        douce   et      cruelle    maison
Asile,      port,     refuge   et  forteresse
Prison,  geôle,       cachot     et  détresse.

                                  Nicole Savard
Repost 0
Published by Nicsav - dans Poésie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Nicole Savard
  • Le blog de Nicole Savard
  • : Mon blogue renferme mes poèmes et mes oeuvres en peinture.Il ya aussi des critiques de livres et mes recettes préférées.
  • Contact

nicsav

Recherche

Liens